Octobre 2017 : Bienvenue chez les Blood Angels, chers visiteurs veuillez vous présenter pour participer au forum.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion    

Partagez | 
 

 Seigneurs et Maîtres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Seigneurs et Maîtres   Sam 16 Mar - 22:54

Salut à vous, seigneurs des Anges !

Me voici de retour (pour peu que j'ai jamais existé ici ^^) avec un début de récit 40k que je me permet de poster ici.


***




La rampe du transport s'abaissa dans un nuage de poussière. Deux Gardes de Fer bondirent hors de l'appareil, fusil radiant au poing. Puis vinrent deux gradés, descendant les marches de la Valkyrie d'un pas égal, une lueur de curiosité dans leurs yeux.

Le premier était déjà un vieil homme, malgré son évidente robustesse et sa démarche décidée. Il était revêtu d'une armure gris acier rehaussée d'un fin liseré d'or et d'une barrette de décorations flamboyantes. Une longue cape vert pâle lui tombait des épaules, frappée du symbole du Departemento Munitorum et du poing ailé du 127ème régiment Cadien. Une longue épée était pendue à son côté par un baudrier de simple cuir noir, broché au cœur d'un aigle impérial d'or.

Le second, plus jeune, portait fièrement son uniforme vert et rouge arborant de nombreux galons dorés. Une longue cape sombre faisait écho au jais peu commun de ses yeux perçant. Il était coiffé de la célèbre casquette noir et or du Commissariat Impérial, dont le motif du crâne d'argent était repris sur son holster écarlate et son fourreau en peau de Grox.

Le Colonel adjoint au service sacré de la Dîme Impériale Sebastian Verenor, commandant émérite du 127ème régiment Cadien et vainqueur d'Almara posa son pied botté de céramite sur le sol du monde de Calirra IV. Devant lui s'étendait un petit village de cabanes de planches surmontés de toits de chaumes. Surgissant de deux autres aéronefs, les troupes des choc de la Garde de Fer s'occupaient déjà de sécuriser le secteur, braquant leurs armes laser sur les entrées des maisonnettes paysannes.

Toujours accompagné d'Arran Echiam, commissaire adjoint au Munitorum, le Colonel pénétra à son tour dans le hameau, les mains derrière le dos, ses gants émaillés de fer passé à sa ceinture. L'odeur de fumier vint lui arracher une grimace tandis que ses yeux fixaient le sous-officier des Gardes qui courrait déjà à sa rencontre.

« Sergent Allister, au rapport colonel !
- Repos, soldat. Situation ?
- Le village est vide, monsieur. Les habitants sont partis. Nous n'avons pourtant aucune raison de suspecter qu'ils ait eu vent de notre venue.
- Bien. Continuez à chercher. »

Le Commissaire haussa un sourcil.

« Quoi qu'il en soit, je doute que nous puissions trouver une autorité compétente dans un tel lieu, Colonel. Nous devrions...
- Je compte bien découvrir le degré d'attachement à l'Imperium de ce monde avant de rencontrer ces « autorités compétentes ». Si il y a opposition...
- Un opposition ? Nous sommes dans un monde féodal ! Craignez-vous les arcs et les lances de ces hommes ?
- Je n'ai cure de leurs arcs et de leurs lances. Mais il est certaines armes de l'esprit qui accompagnent souvent l'Hérésie. C'est d'ailleurs l'une des raisons de votre présence ici, Arran.
- Je... Oui, je comprend mieux. Cependant... »

Verenor plissa soudain son regard. D'un pas pressé, il traversa une ruelle pavée de terre battue et de fangue humide, s'avancant vers un petit édifice de pierre, la seule construction solide de ce hameau misérable.

D'un signe de tête, il ordonna au Garde en faction devant la petite porte de bois vermoulu d'ouvrir le passage, puis pénétra dans une petite salle pavée de dalles sèches. De modestes bancs de planches occupaient la majorité de l'espace, tournés vers un autel de pierre blanches.

Et derrière cette table sacrée, une mosaïque de tessons grossiers esquissait la figure d'un guerrier en armure d'or au visage auréolé d'une lumière aveuglante, surmonté d'une inscription à l'encre noire.

Deus Imperator.

Le vieux colonel tomba à genoux et loua son dieu pour Sa présence sur ce monde.

Derrière lui, Arran passa à son tour l'étroite entrée du sanctuaire, avant de s'agenouiller à son tour en signe d'action de grâce. Il lanca un regard réjoui à Verenor.

« Le gros du travail est déjà effectué à ce que je vois. »

Sebastian esquissa à son tour un petit sourire. Son gorgerin se mit alors à crachoter, et son visage redevint la face marmoréenne qu'il affectait la plupart du temps.

« Du nouveau. Il y aurait une forte concentration d'hommes à quelques kilomètres au nord, près d'une structure de type militaire. Une forteresse de pierre, apparement. »

Le Commissaire opina du chef.

« Nous y trouverons sûrement une « autorité compétente ». Ou ce qui s'en approche... »

Verenor approuva d'un signe de tête et porta la main à son émetteur.

« Transport Valkyrie V5 prêt à décoller. Coordonnées de vol 67L45. Décollage dès mon arrivée.
« L'Empereur protège.
« Terminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mer 20 Mar - 21:30



« Tenez la ligne, au nom de l'Empereur ! »

Eanor Flammevent frappa le chevalier du nord à l'aide de sa Lame sacrée. Même les plaques d'acier de l'armure noire ne purent soutenir l'assaut du fil mono-moléculaire de l'épée rituelle du Hérault, et le guerrier vêtu de fourrure s'effondra à terre, au milieux de ses hommes. Juste à côté, sire Eynayë de l'Île de Feu faucha un nouveau garde ennemi de son long sabre de guerre.

« Repoussez-les par dessus le parapet ! »

Se dégageant de la mêlée d'un élégant pas de côté, Eanor traversa le chemin de ronde et gravit l'escalier de la tour. Arrivé au sommet de cette dernière, il se permit de respirer un bon coup et jeta un regard fatigué au champ de bataille.

Les Nordiques étaient venus nombreux. Il y avait au moins là une cinquantaine de nobles, soit un bon millier de chevaliers, et près douze milliers de roturiers. Une armée immense. Ses propres troupes, 400 chevaliers et leurs quelques milliers de gardes, ne faisaient pas le poids.

Le Roi lui en demandait trop. Tenir les frontières de l'Enclave avec 40 nobles était une cause perdue d'avance. Il pouvait peut-être conserver Anovel pendant une autre semaine, mais la forteresse de ses ancêtres allait tomber, c'était une certitude. Et le Harjarl marchait déjà sur le cœur des Terres Vertes avec plus de chevaliers, de guerriers et de piétons qu'ils n'en fallait pour prendre trois fois Imperia.

Le râle plaintif d'un cor retentit au loin. Aussitôt, les Nordiques se désengagèrent des combats avec virtuosité et se replièrent avec ordre et discipline.

Ces maudits barbares ont un don inné pour la guerre. Le Sang des Glaces.

Dès que le dernier fantassin eu quitté le rempart, les trébuchets ennemis reprirent le bombardement. Les soldats du Hérault coururent se mettre à l'abris à l'intérieur des casernes souterraines, tandis que quelques guetteurs héroïques restaient sur le rempart, préférant regarder la mort dans les yeux plutôt que de se terrer dans les profondeur du château.

Eanor redescendit à son tour l'escalier de la courtine. La journée l'avait éreinté au point qu'il n'avait même plus le courage de haranguer ses hommes.

« Seigneur ! Seigneur ! »

Le Hérault fit volte face et se retrouva nez à nez avec le jeune Vass. Ce dernier semblait lui aussi épuisé. Il avait probablement passé ces quelques dernières heures à porter des munitions et de la nourriture aux unités combattantes le long des fortifications.

« Le Grand Armurier vous fait savoir que sa production de flèches n'est plus suffisante pour poursuivre le combat. En travaillant jour et nuit et en épuisant toutes les réserves de munitions, nous devrions tenir encore 5 jours, mais il paraît que vous avez formulé le souhait d'en conserver une certaine quantité, pour une éventuelle sortie... »

Eanor se voilà la face. Il était à court d'hommes, d'armes... Et avait fait serment de tenir la route d'Imperia.

« Bon, écoute, va porter la bonne nouvelle ce cette... victoire à ma fille, et rassure-la. Je vais personnellement me rendre à la forge, et je vais régler la question avec l'armurier. 
Nous vous accompagnons, suzerain. »

Le Hérault se tourna vers les 3 guerriers qui venaient de lui proclamer à nouveaux leur allégeance. Eynayë de l'Île d’Été, dans ses robes écarlates et or, Analetto de la Péninsule, vêtu de son armure aux refets d'émeraude, Karr des Terre Brûlés, paré de l'ébène traditionnel de son peuple.

Eanor sourit. Ils étaient là, à ses côtés, ses Féaux. Et cependant...

Et cependant, il en manquait un. Et une larme coula le long de la joue du Hérault au souvenir du le Féal du nord, Elaf, la Lame de l'Hiver...
Revenir en haut Aller en bas
Deathstrike
Garde Sanguinien
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 33
Localisation : Bordeaux (33)
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mer 20 Mar - 21:44

Il s'agit du meme ouvrage?

Le premier texte j'ai du mal avec certaines descriptions, des mots me semblent bizarre.
J'accroche avec le deuxième, mais la profusion de 'titres' d'ile du feu de l'épée du levant... C'est pas loin d'etre de trop, on est parachutés là sans prologue.

Allez courage pour la suite Wink

_________________
En jaune je modère, sinon je discute
40K: Blood Angels (Keepers of the Grail) - 12.000
BFG: Mechanicus Noir en WIP - 2500 (prévision)

>>> Keepers of the Grail: historique avec rapports plus bas en liens<<<
>>> Keepers of the Grail: galerie de modélisme <<<
Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mer 20 Mar - 22:37

Le fait qu'on ne pige rien au début est parfaitement voulu et, d'une certaine manière, normal : au début, il y a grosse confusion, des allusions à des trucs inconnus, puis on se met à comprendre lorsque, au détour d'une conversation, l'histoire est décrite. Pour le moment, vous n'avez aucun élément, si ce n'est qu'un bonhomme défend une forteresse contre une armée de "vilains" venus du nord. Razz

Et oui, il s'agit du même récit. Et si vous trouvez bizarre de voir des chevalier moyenâgeux beugler au nom de l'empereur", c'est normal. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Jeu 28 Mar - 21:47


Il s’appelait Elaf Haralson.

On disait qu'il était la Lame de l'Hiver, un membre de la plus redoutable fraternité guerrière d'Erenia. On le saluait avec respect lorsqu'il traversait les couloirs des palais d'Imperia. On disait que le défier, c'était se mettre à dos les 5 plus fins bretteur de ce monde.

Désormais, il était le Hérault du Roi Béni, le porteur de la Justice. Dès qu'on l'apercevait, on s'inclinait avec respect -avec dévotion. Et désormais et 4 des plus fins bretteurs de ce monde le tenaient pour leur ennemi.

Il était seul.

Mais lorsque les seigneurs du nord avaient sonnés le ban et l'arrière ban, lorsque le Harjarl avait appelé à la guerre contre le faux-Roi, les liens vassaliques avaient primé sur l'amitié, la loyauté, l'honneur. Deux mots avaient suffit à lui faire fuir la cité des rois, deux mots d'ordres sacrés.

Foi et Devoir.

Et désormais, voilà qu'il assiégeait la forteresse de celui qu'il tenait pour un second père.

Se relevant lentement, il se signa et embrassa le panorama du regard. La citadelle éventrée, la mer de tentes grises, les sombres silhouettes des machines de guerre. Les guerriers vêtus de fourrures. Les chevaliers aux armures étincelantes. Les milliers de piétons armés de lances et de haches.

Elaf vit avec amusement l'un de ses aides de camps escalader la colline avec difficulté en tentant de le rejoindre au sommet de son repaire méditatif. L'homme était affairé, et selon toute probabilité, porteur d'alarmantes nouvelles.

La Lame de l'Hiver sourit tristement à ce spectacle. Tant d'acharnement à le tenir au courant de tout les malheurs d'une armée... Que lui réservait cette nouvelle ? Quelques heures de panique ? Trois jours de morts ? Une année de guerre ?

Voilà que l'homme faisait des grand gestes. Mais que diable indiquait-t'il ? Le ciel ? L'horizon ?

Le regard d'Elaf se porta vers les nuages, au loin.

Trois formes sombres déployaient de grandes ailes noires au sein du firmament, parmis les ténèbres qui déjà s’annonçaient à l'est. Trois vaisseaux des cieux, fendant les airs avec la grâce des anges et la gloire des héros.

Les yeux du Hérault écarquillèrent.

« Dragons.... »

Puis il se mit à courir à travers la pente, trébuchant à moitié parmi les herbes des Terres Vertes. Son armure entravait ses mouvements, le rendant lent et maladroit. Et pendant ce temps, les créatures de l'Île d’Été se rapprochaient avec la vitesse insolente d'un navire porté par le vent.

Pendant ce temps, l'activité du camp nordique avait totalement cessé. Les guerriers du nord avaient tournés leurs regards incrédules vers l'est, observant avec fascination le vol des Seigneurs de Feu.

« Hommes des glaces ! Rassemblement ! Officiers, assemblez vos compagnies ! Je veux 50 bons archers avec moi ! Et relayez-moi ces putains d'ordres ! »

Sortant quelque peu de leur hébétude, les nordiques reprirent conscience de la réalité. Les ordres claquèrent, les escouades se rassemblèrent sous leurs bannières, les chevaux furent sellés.

« Dégagez la grand' place ! Nobles, avec moi ! »

N'hésitant pas à frapper ceux qui avaient le malheur de se tenir sur son chemin, Elaf se fraya un chemin vers le cœur du campement : sa propre tente, et l'esplanade sur laquelle elle s'ouvrait. Quelques chevaliers de haute naissance le rejoignirent en chemin, formant une suite improvisé à leur chef.

Lorsqu'ils déboulèrent sur la grand' place, cette dernière était en effervescence. Ici, une poignée de guerrier tentaient de dégager une charrette mal placée, là, deux piétons ramassaient les détritus qui parsemaient la pelouse. Sur le côté, un officier sensé avait eu la bonne idée de placer une douzaine de chevaliers en armure au garde-à-vous, histoire de faire bonne impression.

« Dépéchez-vous ! Dégagez-moi ca ! Vous, déployez vos archers sur les côtés ! Armes sorties, carquois ouvert, pas de flèches encochées ! »

Elaf venait à peine de prendre place devant sa tente que les ailes de l'un des dragons se déployèrent pour atterrir, cachant le soleil derrière une voile de peau calcinée. Les trois bêtes posèrent pieds sur le sol de l'esplanade, leurs griffes pénétrant profondément dans le sol.

L'un des envoyés de l'Île d’Été descendit précipitamment de sa monture pour se précipiter vers le dragon de tête. Se saisissant de la longue sarisse de son maître, il la replia cérémonieusement en deux et la plaça dans un emplacement de cuir pendu à la selle du monstre. Débarrassé de son arme cérémonielle, le Seigneur dragon sauta à bas de sa bête et se dirigea vers la tente du Hérault.

Un rapide coup d’œil aux armoiries de la bannière de commandement fixée au harnais du premier dragon apprit à Elaf l'identité de son visiteur.

Le Daimos Eydoshi Amara était entièrement revêtu de l'armure de fer et de cuir noir qu'affectionnait son peuple. De longues robes écarlates et or lui tombaient sur les côtés, passés au dessus de ses plates de métal. Son heaume cérémoniel arborait les ailes de dragons dorées que lui conféraient son rang, encore souligné par les deux sabres courbes aux poignées d'opale veinées d'onyx. Ses traits demeuraient cachés sous un masque d'argent, apanage de la caste supérieure des Maîtres du Levant.

Elaf inclina légèrement la tête à l'intention du Seigneur dragon. Ce dernier lui rendit ce salut sommaire, avant de prononcer la formule rituelle :

« L’Empereur sait. »

Le Hérault esquissa un sourire en répondant :

« L'Empereur observe. »

Puis un silence pesant emplit la plaine. Fascinés par les créatures légendaires de l'Île, la plupart des soldats ne pipaient mot, observant avec des yeux hébétés les mythiques Dragons de l'Est.

Elaf savaient pourquoi ils étaient là. Lorsque deux Rois bénis se faisaint la guerre, l'un soutenus par les Terres Vertes et l'autre par le Nord, les Grands Vassaux devaient faire leur choix.

« Quelles nouvelles des Douzes, Seigneur Amara ? »

Nouveau silence.

Puis alors, d'un ton calme et austère, le Daimos prononça sa sentence :

« Le Premier ne sera pas seul. »



Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Sam 6 Avr - 18:54

« C'est intéressant.... »

Verenor interrogea le commissaire du regard. Ce dernier tenait l'ouvrage poussiéreux qu'il avait trouvé sur le lutrin de la chapelle du petit village de paysan, décryptant les lettrines tracés à l'encre sur le vélin enluminé.

« Non content d'être écrit en Haut-Gothique, leur bouquin présente des aspect fascinant. Ecoutez : ''Lorsque St Erenius vint à notre rencontre, il descendit des cieux sur un chariot de flammes qui le mena au cœur des Terres Vertes. Il y avait alors en ce pays un peuple redoutable, que l'on appelait les Gaels, et ses innombrables tribus étaient guidé par le très clairvoyant Roi Cuhulaitr. Ce souverain possédait alors de nombreux troupeaux et de nombreux champs très arables, et sa renommée s'étendait d'une mer à l'autre. Erenius apprit également qu'il avait beaucoup de guerriers, tous hommes habiles au maniement des armes et vêtus du fer le plus résistant. Il vint alors trouver le Roi et lui parla en ces termes : « Toi qui règne sur la terre et les eaux, l'Empereur t'a choisi pour être Son hérault. Cesse de croire aux esprits de tes pères et rend grâce au Trône de Terra pour sa protection. » Entendant ces mots, Cuhulaitr crut, et il s'employa dès lors à abattre les autels de ses ancêtres pour y dresser des temples afin d'y honorer l'Empereur.'' Amusant, non ? »

Le Colonel sourit.

« Le récit imagé de l'arrivé d'un missionnaire impérial, je suppose. »

Echiam sauta quelques pages et se remit à lire.

« Ainsi, lorsque Erenius mourut, tout les hommes du monde reconnaissaient la gloire de l'Empereur. Les hommes du nord avaient construit maints statues de Ses anges sur les montagnes pour l’honorer. Les Gaels de l'ouest, qui résidaient dans la Péninsule, se retiraient souvent de leur vie terrestre pour mener une existence spirituelle à Sa gloire. Les hommes du sud, des Terres brûlés, voyaient beaucoup d'entre eux naître sous le signe de la Lumière. Les Seigneurs Dragons de l'Île d’Été considéraient beaucoup de haut lieux comme bénis par Son nom. Et parmi les Gaels de l'ouest, au sein des Terres Vertes, un Roi Béni s'était élevé, élu par l'Empereur, et tous lui vouaient serment d'allégeance. »

Verenor quitta des yeux sa plaque de données et jeta un œil à l'ouvrage poussiéreux.

« Arrivée sur la cible dans 7 minutes, crachota le vox grésillant de la Valkyrie. »

Le Commissaire continuait de tourner les pages de l'ancien codex relié de cuir. Un titre évocateur sembla éveiller son intérêt, l'amenant à reprendre sa lecture.

« Livre des Croisades. Chapitre Un : De la Naissance de l'Hérésie. ''En l'an 1121 après Erenius, alors qu'Allenden était Roi Béni en Impéria, le Monde d'Erenia eut la révélation d'une odieuse hérésie. En effet, ce fut en ce funeste temps qu'Artan le Grand, prince de l'Autre Côté, vint à conspirer contre la race humaine. Le Dieu Noir usa des affinités que possédait les Terres Brûlés avec la Lumière de l'Empereur pour tenter de corrompre le Sud. Cependant, tous ceux qui avaient le Don demeuraient hors de porté du démon, car ils résidaient dans de grand monastères où ils rendant grâce au trône pour ses bienfaits, et leurs esprits revêtaient ainsi l'acier Impérial. Et tout ceux qui n'avaient pas reçus la Lumière étaient trop forts et trop pieux pour que l'engeance de l'Autre côté puisse les souiller.
« Malheur ! Malheur pour la gloire de Celui qui Porte la Foudre ! Car un homme qui portait le Don en lui s'était soustrait à la Loi, et dans son ignorance il était devenu un puissant seigneur parmi les mortels, en lieu et place de demeurer dans un couvent. Il se nommait Ragan, fils d'Enon, et ce fut lui qu'Artan vint trouver. Après 6 jours et 6 nuits de tentation, le Dieu Sombre triompha de l'esprit ouvert par le Don, et il fit de Ragan son Champion, lui accordant plus de pouvoir que l'Empereur n'avait jamais offert à aucun mortel. Alors l’Élu des Ténèbres assembla un ost terrible et marcha en guerre. Mais pour Ragan, bataille n'était plus synonyme d'honneur ou de gloire, mais bien de destruction et de sacrifices sanglants à sa triste divinité... »

Arran jeta un regard nerveux au Colonel. Ce dernier ne pipa mot, ses traits de granite ne laissant pas transparaître une seule de ses pensées.

« Continuez, Echiam. »

Le jeune commissaire hésita un instant, puis sauta une dizaine de pages et reprit sa lecture.

« Et c'est dans la Terre que nous qualifions aujourd'hui de ''sainte'' que Ragan dressa le Sanctuaire qu'il voua aux ténèbres. Il fit bâtir quatres autels, selon les commandement d'Artan. L'un attira à lui les guerriers les plus sanguinaires et les plus corrompus, et il est dit que du sang suintait à sa surface impie. Un autre charriait de terribles maladies, tuant les Justes mais renforçant les apostats. Celui de la plaine éveillait les désirs les plus abjetces, plongeant dans l'ecxès ceux dont le cœur n'était pas fidèle au Trône. Le dernier, enfin, emplissait de folie ceux qui possédaient le Don, et leur conférait de grands pouvoirs. La Terre Sainte était alors souillée... »

Arran arracha son regard du texte sacré et fixa les yeux de Verenor.

Son visage était empreint d'effroi.

« Seigneur... Je... Cette hérésie me rappelle...
- Les horreurs de l'oeil. Je suis Cadien, je vous le rappelle.
- Mais si une telle aberration existe sur ce monde... Nous...
- Si une telle chose existait, nous l'aurions senti. J'en sait suffisament pour savoir que l'oeuvre du Warp se sent.
- Mais... Leurs Ecritures...
- Vous en étiez au ''Livre des Croisades'' ? Et bien il est temps de lire la fin de l'histoire. Je veux savoir comment l'Empereur a puni cette impureté. »

Le ton du Colonel était catégorique. L’officier de propagande passa quelques chapitres, puis s'apprêta à reprendre sa lecture.

« Arrivée sur cible dans 3 minutes. »

Echiam esquissa un geste nerveux.

« Une fois Ragan mort, les forces croisées marchèrent sur le plus grand des autels de la Terre Impie. C'est là que s'était incarné Artan lui-même, vêtu d'une armure divine d'acier noir et armé d'une épée exaltée par les pouvoirs de l'Autre Côté. Parmi les guerriers de l'Empereur, beaucoup étaient tombés, si bien que les derniers survivant comptaient beaucoup de Chevaliers de Lumière dans leur rang.
« Commença alors la bataille la plus légendaire que l'on eu jamais pu voir en Erenia ; car en ce temps les hommes combattirent un Dieu au nom de l'Empereur. La plupart des croisés étaient certes portés par une foi ardente, mais Artan tuait cent guerriers à chacun de ses coups, et ses sortilèges brisait l'esprit des mortels comme le bûcheron fendrait les branches d'un arbre. Alors avancèrent les Chevaliers de Lumière ; et leur Grand Maître vint combattre le démon, se faisant le champion du Trône. Cependant, ce ne fut pas par l'épée qu'il le terrassa, mais bien par les pouvoirs de l'Empereur ; car il entonna une longue litanie de bannissement, et tout ses frères le reprirent avec lui. Et frappé de stupeur par le Nom sacré que récitaient les moines guerriers, Artan tenta lâchement de fuir. Mais le Lectio Divinatus proclamait la seule vérité, et la seule vérité est que le démon doit recevoir le juste payement de ses actes. Et le Nom l'emporta, et son âme noire se consuma. Ainsi s'achève le Livre des Croisades et ici commence la Veille des Chevaliers. »

Arran et Verenor entrecroisèrent leurs regards.

« Je... commenca le Colonel avant d'être coupé par le vox. »

« Arrivée sur la cible dans 10 secondes...
« 9.
« 8.
« 7.
« 6.
« 5.
« 4.
« 3.
« 2.
« 1.
« 0. La foi est le bouclier des Justes. »
Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mar 9 Avr - 22:18

Sad
Revenir en haut Aller en bas
valius
Vétéran
Vétéran
avatar

Nombre de messages : 557
Localisation : LeMans
Date d'inscription : 24/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mer 10 Avr - 3:26

On lit, on lit... ne t'inquiete pas! Wink C'est bien écrit!

J'essaie de rafistoler les morceaux mais c'est plaisant!
Revenir en haut Aller en bas
Deathstrike
Garde Sanguinien
avatar

Nombre de messages : 3503
Age : 33
Localisation : Bordeaux (33)
Date d'inscription : 17/07/2009

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mer 10 Avr - 9:07

Désolé en ce moment je suis prit par Fear to Tread

J'ai prit le temps de lire, ça passe bien mais les récits décousus font toujours étranges. Toutefois ils commencent à fusionner, c'est mieux ^^

Juste le commissaire novice me déplaît. La Schola Progenium c'est bien l'endroit où le lavage de cerveau est le plus intense alors le commissaire devrait être ultra sûr de lui, être l'inébranlable rappel de la présence de l'Empereur et de Son jugement.

_________________
En jaune je modère, sinon je discute
40K: Blood Angels (Keepers of the Grail) - 12.000
BFG: Mechanicus Noir en WIP - 2500 (prévision)

>>> Keepers of the Grail: historique avec rapports plus bas en liens<<<
>>> Keepers of the Grail: galerie de modélisme <<<
Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Lun 6 Mai - 22:07

Tu n'as pas tort pour le commissaire... Rolling Eyes


***


« Vass ! Vass... Réveille-toi ! »

Le jeune clerc ouvrit ses yeux à l'évocation de son nom. Repoussant à la fois ses draps et les parchemins sur lesquels il s'était endormis, il se releva lentement sur ses pieds et s'approcha de la porte. Baillant de fatigue, il ôta le lourd loquet de bronze et entrouvrit le battant.

Dehors l'attendait Aurelia, habillée d'un manteau immaculé à capuche, un lourd chandelier doré à la main. La lueur aveugla Vass, qui détourna le regard en grognant.

« Mademoiselle ? Qu'est ce que vous faites ici ? »

Une larme coula le long de la joue blanche de la fille du Hérault.

« C'est.... Mon père... Tu avais raison...
- Hein ? »

Vass se voilà la face et tenta de reconstituer son esprit, et accessoirement les événements de la journée précédente. Les combats, les dragons, sa discussion avec Aurelia... Ah oui, et ses remarquables « prévisions » comme quoi Eeanor allait abandonner Anovel.

« Je... Euh... »

La jeune fille le repoussa hors de son chemin et pénétra dans le bouge qui servait de chambre au sous-diacre en devenir. Se saisissant du rideau de cuir sale, elle l'écarta violemment, dégageant la vue sur la Grand' place de la forteresse.

S'approcha à son tour de la petite lucarne, Vass plongea son regard dans la nuit.

Des centaines d'ombres se mouvaient silencieusement dans les ténèbres, harnachant d'énormes chevaux de batailles, revêtant de sombres armures aux reflets d'argent, s'armant de longues lances aux fers noirs. Des ordres sifflaient parmi les rangs tandis que des prêtres prononçaient en chuchotant des prières de bataille en bénissant l'éclat terne des lames tirées hors de leurs fourreaux.

Et, debout sous la grande bannière des Terres Vertes, immanquable malgré le voile d'ombre qui emplissait la cour, la silhouette terrible du Hérault du Roi Béni se détachait nettement, revêtus d'argent, d'or et d'opale. Eanor Flammevent avait relâché les long cheveux blond de sa maison, qui flottaient dans l'air nocturne, encadrant son visage déterminé. Rient qu'a fixer ces traits nobles et fiers, Vass ressentit une profonde admiration pour l'Epée d'Erenia.

Peu à peu, le silence le plus total envahi la cour, uniquement troublé par le souffle épais des lourds destriers de bataille. Le Hérault alla alors enfourcher la monture de tête, tandis qu'un écuyer lui apportait son grand heaume ailé.

Plus un bruit. Le heaume s'élève, puis descend sur le visage auréolé d'or. Il n'y a plus d'Eanor. Ne demeure plus que l'inflexible incarnation de l'Empereur, un Hérault de gloire et de mort.

Puis la voix de stentor s'élève, brisant la fragilité du silence de la nuit.

« Fils des Gaels ! Pour l'Empereur et Impéria ! Chargez ! »

Médusé, Vass vit le pont levis s'effondrer, laissant place à la terrible chevauchée des chevaliers des Terres Vertes. En quelques instants, quatre-cents cavaliers bardés de fer franchirent les douves de la forteresse, abandonnant Anovel à son destin.

Le regard terrifié d'Aurelia croisa le siens.

« Les Nordiques... Ils vont nous tuer. »

Vass esquissa un acquiescement douloureux.

Puis ses yeux se portèrent vers les cieux noirs, au loin, au-delà de la clameur des cris de guerre gaeliques et des hurlements sauvages des guerriers des glaces.

« Empereur... protège-nous... »

C'est alors que l'orage éclata. Un éclair zébra les ténèbres, illuminant un instant l'horizon.

Vass ouvrit de grands yeux ébahis. Il... Au loin...

Le clerc se mit à trembler. Il se précipita vers l'une des piles de vieux livres qu'il conservait dans un coin de la pièce. Renversant les codex centenaires, il fit émerger un lourd volume relié de cuir pourpre.

« Que... Que fait-tu ? »

Vass se planta devant la fenêtre, feuillant les pages à toute vitesse. Ses doigts s’arrêtèrent sur une ancienne enluminure.

Un vaisseau de fer noir issu des cieux, gravé de prières, d'aigles et d'éclairs.

« La Venue d'Erenius sur son chariot de flammes... Empereur, pardonne-moi, j'ai douté...»

Et il éclata en pleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Arthange
Novice
Novice
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 17/03/2012

MessageSujet: Re: Seigneurs et Maîtres   Mer 8 Mai - 10:32

« Vous avez failli, capitaine ! Dès demain, vous vous présenterez sous le Jugement de l'Empereur en Arheim. Tâchez de laver votre honneur cette nuit... »

Elaf détourna son regard de l'incapable qui n'avait pas su le prévenir de l'imminence de la sortie gaelique. Lui même ne pouvait plus se permettre de perdre du temps.

Enfourchant son cheval de bataille, il jeta un regard à travers la nuit noire, tentant de comprendre la teneur des événements à travers les mouvements de torches des officiers de transmission nocturne.

« L'ennemi a forcé les défenses avancés, déclara un capitaine vêtu de fourrure. Nos guerriers ont été massacrés, et nos piétons ne seront pas prêts au combat avant une demi-heure. Vos ordres ? »

Eanor avait tout prévu... Il savait que si il attendait d'être à court de vivre pour tenter une sortie, il aurait été bien reçu. Alors il sort dès maintenant, et tout mes plans s'effondrent...

Le Hérault du véritable Roi Béni esquissa un terrible sourire. Il tourna son regard de flamme vers l'assemblée de nobles qui l'entouraient.

« Frères ! entonna-t-il d'une voix forte. Nos gens ont faillis à la tâche que nous leur avons confiés. Décidément, le sang des glaces ne coule pas dans leurs veine ! Mais nous, nous sommes les élus du nord, et aujourd'hui vient notre victoire ! Écoutez ! Écoutez ces gaeliques hurler leur chant de triomphe ! Faible engeance que celle des hommes du sud. Ils ne savent pas que la mort vient à leur rencontre. Venez à moi, frères ! Portez leur la tempête ! Portez leurs l'Hiver ! »

Une grande clameur répondit à sa harangue. Huit-cents fers de lances s'abaissèrent tel un voile d'acier sur le destin des seigneurs des Terres-Vertes.

« En avant ! Pour l'Empereur et pour le Roi ! »

Elaf éperonna sa monture. Le terrain était lourd et détrempé par la pluie, sans parler de l'impossibilité de voir à moins de 5 mètres. Charger à travers un tel champ de boue était un exploit que seuls la haute maîtrise des chevaliers nordiques pouvait accomplir.

Orage. Haine. Une gloire perdue, une destinée vengeresse, aucune issue.

Et soudain, un cri de guerre porté par le vent :

« Mort aux traîtres ! »

Une terrible fureur s'empara alors de l'esprit d'Elaf, et il hurla à plein poumon :

« Sus aux hérétiques ! Portez-leurs la Moooort ! »

Et surgissant des ombres de la guerre civile, les deux Ost de Lumières engagèrent la guerre sainte dans la plaine d'Anovel alors même que la rumeur d'une tempête nouvelle grondait au-dessus de leurs têtes...
Revenir en haut Aller en bas
 
Seigneurs et Maîtres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blood Angels :: Le Reclusiam :: Récits et background-
Sauter vers: